Tuesday, January 2, 2018

LCCLC - Campagne présidentielle de 2018 - 
Bonne et heureuse Année 2018!
Happy New Year 2018!
Frohes neuves Jahr 2018!


RAPPEL par rapport au -Discours du Président de la République du 31 décembre 2017!!!

LCCLC - Compagne présidentielle de 2018 - La question de l'application et de l'effectivité de la constitution ayant entraîné des troubles à l'ordre public et des manifestations de sécession des régions Nord-ouest et Sud-ouest.

http://qnefertiti.blogspot.com

Lettre ouverte à Son Excellence Monsieur Paul Biya, aux anciens premiers Ministres, Achidi Achu, Peter Mafany Mesonge., Inoni Ephraïn et à l'actuel premier Ministre Yang Philémon.

NOTRE APPEL PATRIOTIQUE !!!

Excellences Messieurs,

Le Cameroun est a la croisé des chemins, notre unité nationale menacée mais pas encore fragilisée.

C'est la faute de tous, mais encore plus des politiques publiques menées par vos soins depuis plus de trente(30) ans comme successivement premier Ministre, Chef de gouvernement camerounais.

Que s'est il passé ?
Qu'est-ce qui a été mal fait?
Pourquoi ce râle bol, ce rejet d'une partie des populations du Nord-ouest et Sud-ouest de notre unité nationale, UN & INDIVISIBLE?

Autant de questions qui nous invitent à lancer cet APPEL PATRIOTIQUE à l'adresse du Président de la République et de ses premiers Ministres.

Nous ne saurions vendre ce qui ne nous appartient pas, car nous appartenons à la terre et non le contraire!!!

Notre APPEL PATRIOTIQUE est que sous le haut patronage du Président de la République et de ses premiers Ministres disponibles, des dialogues puissent se faire avec toutes les entités du Nord-ouest et Sud-ouest et des marches et manifestations soient organisées et faites par les associations des natifs du Nord-ouest et Sud-ouest, qui vivent  dans les autres huit(08) Régions du pays et qui sont mieux placés pour faire comprendre à leur frère et soeur sécessionnistes, le bien-fondé de notre unité nationale et de son indivisibilité, ceci soutenues par tous les compatriotes.

Il y'a le feu dans la demeure au Cameroun, et nous du Rdpf_kumzse ne pouvons par dormir sans se soucier de l'avenir, de ce que nous devons réécrire notre histoire et s'assurer qu'elle n'est pas seulement connue mais comprise par tous!!!

Aucun changement n'est possible s'il ne passe pas par chacun de nous.
Ce ne sont les interventions médiatisées de quelques intellectuels-historiens camerounais qui vont permettre au plus jeunes de comprendre notre histoire à long terme mais un programme permanent et prescrit dans une réforme de notre système éducationnel avec un nouveau statut des enseignants, comme quoi : "À tout Seigneur, tout honneur".

Comme l'histoire juive en Allemagne, nous devons nous assurer que les camerounais vont comprendre de générations en générations que le Cameroun est notre pays à tous!
Et que nous ne sommes pas des anglophones et ni des francophones puisqu'avec l'introduction de la langue et la culture allemandes comme troisième (3ème) langues officielles au Cameroun et ceci constitutionnellement et pour faire de notre pays un Ét…
[6:51 PM, 1/1/2018] Antoine de Padoue NDEMMANU: LCCLC - Campagne présidentielle de 2018 -
Lun, 01/01/2018 = 1+1+2+1+8=1+3=4 miséricorde:
SEM. Paul Biya né le 13/02/1933= 1+3+2+1+9+3+3=2+2=4 miséricorde.
L'Année 2018= 2+1+8=1+1=2 sagesse!
Dieu nous accorde sa miséricorde soyons sages et profitons en pour ensemble engager la construction et le développement durable et inclusif dans un plan de développement durable et inclusif conventionné et prédéfini...

LCCLC - Campagne présidentielle de 2018 -
Bonne et heureuse Année 2018!
Happy New Year 2018!
Frohes neuves Jahr 2018!

RAPPEL par rapport au -Discours du Président de la République du 31 décembre 2017!!!

LCCLC - Compagne présidentielle de 2018 - La question de l'application et de l'effectivité de la constitution ayant entraîné des troubles à l'ordre public et des manifestations de sécession des régions Nord-ouest et Sud-ouest.

http://qnefertiti.blogspot.com

Lettre ouverte à Son Excellence Monsieur Paul Biya, aux anciens premiers Ministres, Achidi Achu, Peter Mafany Mesonge., Inoni Ephraïn et à l'actuel premier Ministre Yang Philémon.

NOTRE APPEL PATRIOTIQUE !!!

Excellences Messieurs,

Le Cameroun est a la croisé des chemins, notre unité nationale menacée mais pas encore fragilisée.

C'est la faute de tous, mais encore plus des politiques publiques menées par vos soins depuis plus de trente(30) ans comme successivement premier Ministre, Chef de gouvernement camerounais.

Que s'est il passé ?
Qu'est-ce qui a été mal fait?
Pourquoi ce râle bol, ce rejet d'une partie des populations du Nord-ouest et Sud-ouest de notre unité nationale, UN & INDIVISIBLE?

Autant de questions qui nous invitent à lancer cet APPEL PATRIOTIQUE à l'adresse du Président de la République et de ses premiers Ministres.

Nous ne saurions vendre ce qui ne nous appartient pas, car nous appartenons à la terre et non le contraire!!!

Notre APPEL PATRIOTIQUE est que sous le haut patronage du Président de la République et de ses premiers Ministres disponibles, des dialogues puissent se faire avec toutes les entités du Nord-ouest et Sud-ouest et des marches et manifestations soient organisées et faites par les associations des natifs du Nord-ouest et Sud-ouest, qui vivent  dans les autres huit(08) Régions du pays et qui sont mieux placés pour faire comprendre à leur frère et soeur sécessionnistes, le bien-fondé de notre unité nationale et de son indivisibilité, ceci soutenues par tous les compatriotes.

Il y'a le feu dans la demeure au Cameroun, et nous du Rdpf_kumzse ne pouvons par dormir sans se soucier de l'avenir, de ce que nous devons réécrire notre histoire et s'assurer qu'elle n'est pas seulement connue mais comprise par tous!!!

Aucun changement n'est possible s'il ne passe pas par chacun de nous.
Ce ne sont les interventions médiatisées de quelques intellectuels-historiens camerounais qui vont permettre au plus jeunes de comprendre notre histoire à long terme mais un programme permanent et prescrit dans une réforme de notre système éducationnel avec un nouveau statut des enseignants, comme quoi : "À tout Seigneur, tout honneur".

Comme l'histoire juive en Allemagne, nous devons nous assurer que les camerounais vont comprendre de générations en générations que le Cameroun est notre pays à tous!
Et que nous ne sommes pas des anglophones et ni des francophones puisqu'avec l'introduction de la langue et la culture allemandes comme troisième (3ème) langues officielles au Cameroun et ceci constitutionnellement et pour faire de notre pays un État trilingue voire multilingue(l'italien, l'espagnol, le portugais, le chinois, le russe, etc.), le Cameroun se départit ainsi d'une identité nouvelle qui nous a créée plus de dommages que d'hommages...

L'attitude du parti au pouvoir jusqu'à présent n'est pas pour une solution à long terme, mais d'une action ponctuelle pour répondre aux exactions des sécessionnistes, qui vont se préparer pour renouveler leurs actions si rien n'est fait pour répondre des manquements constitutionnels par rapport aux engagements de depuis 1996, etc.

Excellences Messieurs,

Tout en condamnant avec fermeté les exactions du 22/09 et 01-02/10 , le Rdpf_kumzse s'engage à encourager toute forme de dialogue et toutes propositions pour assurer et garantir à notre cher et beau pays un vrai modèle de vivre ensemble.

Nos propositions d'extension de nos régions de dix(10) à seize(16) régions, d'un gouvernement camerounais de vingt-quatre Ministères, donc seize(16) Ministères passifs dans les seize(16) régions et huit(08) Ministères actifs à la Capitale, un fédéralisme à la Camerounaise et fédérateur de toutes les entités nationales.

Le projet de construction tous azimuts du plan d'occupation de l'espace environnementale du Cameroun et des plans directeurs infrastructurels y afférents (aériens, industriels, ferroviaires, maritimes, routiers, sportifs, etc.) garanti et financé par le cadastre foncier actif public et privé, qui est passé en cinquante-sept (57) ans (1960-2017) avec des constructions immobilières, qui rapport plus de mille cinq cent milliards de francs CFA (1 500 000 000 000FCFA) par mois toutes les villes et localités confondues. ( 10 000 000 de camerounais ayant 100 000 frs CFA par mois fait 1000 000 000 000frs CFA par mois).

Ce qui est une garantie permettant de rendre bancable le développement durable et inclusif de notre pays.

La formation professionnelle orientée vers les besoins d'emplois pour la faisabilité et la réalisation de notre plan d'occupation de l'espace environnementale et géographique et pour permettre aux nationaux une vraie maitrise technologique et une participation à la construction de leur pays, de notre cher beau pays est un atout majeur pour la lutte contre le chômage et la pauvreté.

Le Rdpf_kumzse sait compter sur votre attention et surtout sur votre capacité de rebond et de sursaut patriotique pour un Cameroun au-dessus de tout!
Pour un Cameroun UN & INDIVISIBLE !

Que Dieu nous bénisse !
Que Dieu bénisse le Cameroun & l'Afrique ! Amen!

Dr. Antoine de Padoue NDEMMANU

 Camerounaises, Camerounais,
Mes chers compatriotes,


Au cours de l’année qui s’achève, le Cameroun a, dans un contexte difficile, confirmé aux yeux du monde, la solidité de ses institutions, la résilience de son économie et son attachement à l’unité nationale.

Notre pays a en effet démontré, une formidable capacité à relever les multiples défis auxquels il a été confronté, aux plans sportif, sécuritaire, économique ou social.

Cette performance, c’est d’abord à vous qu’il la doit, Camerounaises et Camerounais ! Que vous soyez du Nord ou du Sud, de l’Est ou de l’Ouest. Que vous soyez anglophones ou francophones, vous avez toujours su, dans votre immense majorité, faire preuve de courage, de dynamisme, d’esprit patriotique et surtout de maturité.

Je vous en félicite !

Mes chers compatriotes,

La conjoncture internationale défavorable, en raison notamment, de la baisse persistante des cours des matières premières, a négativement impacté la croissance économique et le progrès social dans notre pays. Il en est en outre résulté des difficultés de trésorerie, dont les fournisseurs de l’Etat et particulièrement les Petites et Moyennes Entreprises, ont fortement pâti.

Dans le cadre de ses efforts pour faire face à cette situation, le Gouvernement  a conclu, en juin 2017, avec le Fonds Monétaire International, un programme économique et financier appuyé par une « Facilité élargie de crédit ». Ce programme devrait avoir dès 2018, un impact positif sur notre croissance.

Nous allons à cet égard, poursuivre nos efforts en faveur de l’optimisation de la collecte des revenus de l’Etat et de la rationalisation de la dépense publique. Une attention particulière sera accordée à la situation des PME, notamment pour ce qui est du règlement prioritaire de la dette qui leur est due, comme de l’amélioration de leur accès au crédit bancaire.

Nous allons également poursuivre résolument l’exécution de nos grands travaux, avec un accent particulier sur les infrastructures routières. Les services de proximité à la population, s’agissant notamment de la fourniture en eau, en électricité, et en soins de santé, bénéficieront d’une attention spéciale.

La carte sanitaire de notre pays se densifie chaque année, avec la construction d’une centaine de Centres de santé, de Centres Médicaux d’Arrondissement et d’Hôpitaux de district.

Nous allons poursuivre nos efforts, afin de faire bénéficier à nos populations des soins de santé de qualité et accessibles à tous. C’est dans cette optique, que j’ai donné au Gouvernement, l’instruction de parachever les réflexions relatives à la mise en place progressive de la Couverture Santé Universelle.

Des progrès notables ont été enregistrés dans la réalisation des projets inscrits dans le Plan d’urgence triennal. Il s’agit de projets générateurs d’un réel progrès social au bénéfice de nos populations. Les efforts à cet égard seront poursuivis.

L’action continue du Gouvernement, en faveur de la densification de la carte scolaire et universitaire,  fait du Cameroun un formidable vivier de ressources humaines de qualité en Afrique. Nous allons parallèlement intensifier nos efforts en matière de création d’emplois, notamment en faveur de notre jeunesse. L’achèvement de grands projets, tel le Port de Kribi, qui entrera bientôt en activité, offre à cet  égard d’intéressantes perspectives.

La mission de revue du FMI qui s’est déroulée en octobre-novembre 2017, s’est félicitée, à juste titre, tant de la résilience de notre économie, que de nos performances dans la mise en œuvre du programme avec cette institution. Ceci est, vous en conviendrez avec moi, de bon augure pour nos objectifs en vue de l’émergence.

Mes chers compatriotes,

Au plan sportif, l’année qui s’achève nous a offert de belles victoires qu’il convient de saluer. Nos Lions Indomptables du football ont brillamment remporté leur cinquième sacre continental. Notre équipe nationale de volleyball féminin nous a comblés de fierté, en devenant championne d’Afrique, ici même à Yaoundé. A travers les stades du monde entier, nos athlètes ont fait briller notre drapeau et résonner notre hymne national. La Nation camerounaise par ma voix, les félicite chaleureusement.

En 2019, comme vous le savez, notre pays accueillera la grande famille du football continental, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Ce sera l’occasion, au-delà de l’aspect purement sportif, de faire profiter à nos hôtes de la chaleur de l’hospitalité camerounaise. Je n’ai nul doute que, comme nos  sportifs, nos populations sauront se montrer à la hauteur de l’événement et présenter le meilleur visage du Cameroun.

Notre pays sera prêt pour cette grande fête de l’amitié. J’en ai pris l’engagement.

Mes chers compatriotes,

Au nombre des défis que le Cameroun a eu à relever au cours de l’année 2017, le défi sécuritaire n’était pas le moindre.

La secte terroriste Boko Haram a en effet poursuivi ses attaques contre notre pays. Grâce à la vaillance de nos soldats, et au courage de nos populations, nous avons infligé de cuisantes défaites à ce groupe criminel et réduit à néant ses rêves expansionnistes. Bien évidemment, la vigilance reste de mise. Nous allons poursuivre avec détermination, de concert avec nos voisins et nos partenaires internationaux, nos efforts en vue de l’éradication totale de ce groupe terroriste.

Nous avons également enregistré des succès notables dans le cadre de la lutte contre le phénomène des prises d’otages à notre frontière orientale. Nous allons intensifier nos efforts à cet égard et continuer à traquer sans relâche, les groupes criminels impliqués.

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des revendications socio- professionnelles, auxquelles le Gouvernement s’est pourtant efforcé d’apporter des réponses appropriées, ont fait l’objet d’une récupération par des extrémistes, cherchant à imposer par la violence, leur projet sécessionniste.

Nous avons tous été témoins de la gravité des débordements qui en ont résulté. Les symboles de la République ont été profanés. L’éducation de nos enfants a été prise en otage, par des pyromanes criminels qui n’ont pas hésité à incendier des écoles et à attaquer des élèves. Les activités économiques et sociales ont été  perturbées par des mots d’ordre irresponsables, imposés aux populations par la menace,  l’intimidation et la violence. Des attentats à la bombe ont été perpétrés. Plusieurs de nos compatriotes ont perdu la vie dans les violences orchestrées par les sécessionnistes. Des membres de nos forces de défense et de sécurité ont été assassinés de sang-froid, en accomplissant leur devoir.

Je voudrais vous inviter à avoir une pensée pieuse pour tous nos concitoyens qui ont perdu la vie dans cette crise. Je voudrais également, au nom de la Nation tout entière, présenter nos sincères condoléances à toutes les familles endeuillées.

Comme j’ai eu à le rappeler récemment, il est de mon devoir de veiller à l’ordre républicain, à la paix sociale, à l’unité de la Nation et à l’intégrité du Cameroun.

J’ai à cet égard, instruit que tous ceux qui ont pris les armes, qui exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche et répondent de leurs crimes devant la justice.

Les opérations de sécurisation engagées à cet égard ont donné d’excellents résultats. Elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais sans excès. Je félicite les forces de défense et de sécurité pour la bravoure, la détermination, la retenue et le professionnalisme dont elles ont fait montre jusqu’alors.

Je sais que le souhait de tous les Camerounais de bonne volonté, est que les tensions cessent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et que la situation revienne à la normale. Dans leur immense majorité, les Camerounais aspirent à vivre ensemble, dans la paix.

C’est soucieux de cette aspiration que j’ai créé la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et du Multiculturalisme, dont le rôle dans la promotion de notre vivre ensemble sera essentiel.

C’est également dans la même optique, que j’ai demandé au Gouvernement, dès le début de la crise, d’engager un dialogue constructif avec les enseignants et les avocats anglophones, dans le but de rechercher des solutions à leurs revendications. De nombreuses actions ont été prises par le Gouvernement à l’issue de ce dialogue, allant même au-delà des revendications initiales. D’autres sont en cours ou envisagées.

Le dialogue, je le précise bien, a toujours été et restera toujours pour moi, la voie privilégiée de résolution des problèmes, pour autant qu’il s’inscrive strictement dans le cadre de la légalité républicaine.

Mes chers compatriotes,

Les consultations que j’ai menées, mais aussi les multiples avis et suggestions que j’ai recueillis, m’ont conforté dans l’idée que nos concitoyens souhaitent participer davantage à la gestion de leurs affaires, notamment au niveau local.

Je crois fermement à cet égard, que l’accélération de notre processus de décentralisation va permettre de renforcer le développement de nos régions.

J’ai dans cette optique, prescrit la mise en œuvre des mesures nécessaires pour concrétiser rapidement cette réforme majeure.

Dans le même ordre d’idées, le parachèvement de la mise en place des institutions prévues par la Constitution, permettra de consolider l’Etat de droit et ouvrira une nouvelle page de notre processus démocratique.

2018 sera une importante année électorale. Toutes les dispositions nécessaires seront prises afin que les opérations électorales se déroulent dans le calme et la sécurité.

Mes chers compatriotes,

Comme vous pouvez le constater, de nombreux défis interpellent notre Nation. Nous devons les relever ensemble, dans la fraternité, dans le respect des institutions et dans l’esprit de concorde nationale.

Dans cette optique, le Cameroun est pour chacun d’entre nous un précieux héritage.

Sachons rester dignes de l’héritage reçu, ce Cameroun uni, qui va debout, fier et jaloux de sa liberté.

Bonne Année à toutes et à tous !

Et vive le Cameroun !

Yaoundé, le 31 décembre  2017

Télécharger le Message du Chef de l'Etat (pdf)

Camerounaises, Camerounais,

Mes chers compatriotes,

Au cours de l’année qui s’achève, le Cameroun a, dans un contexte difficile, confirmé aux yeux du monde, la solidité de ses institutions, la résilience de son économie et son attachement à l’unité nationale.

Notre pays a en effet démontré, une formidable capacité à relever les multiples défis auxquels il a été confronté, aux plans sportif, sécuritaire, économique ou social.

Cette performance, c’est d’abord à vous qu’il la doit, Camerounaises et Camerounais ! Que vous soyez du Nord ou du Sud, de l’Est ou de l’Ouest. Que vous soyez anglophones ou francophones, vous avez toujours su, dans votre immense majorité, faire preuve de courage, de dynamisme, d’esprit patriotique et surtout de maturité.

Je vous en félicite !

Mes chers compatriotes,

La conjoncture internationale défavorable, en raison notamment, de la baisse persistante des cours des matières premières, a négativement impacté la croissance économique et le progrès social dans notre pays. Il en est en outre résulté des difficultés de trésorerie, dont les fournisseurs de l’Etat et particulièrement les Petites et Moyennes Entreprises, ont fortement pâti.

Dans le cadre de ses efforts pour faire face à cette situation, le Gouvernement  a conclu, en juin 2017, avec le Fonds Monétaire International, un programme économique et financier appuyé par une « Facilité élargie de crédit ». Ce programme devrait avoir dès 2018, un impact positif sur notre croissance.

Nous allons à cet égard, poursuivre nos efforts en faveur de l’optimisation de la collecte des revenus de l’Etat et de la rationalisation de la dépense publique. Une attention particulière sera accordée à la situation des PME, notamment pour ce qui est du règlement prioritaire de la dette qui leur est due, comme de l’amélioration de leur accès au crédit bancaire.

Nous allons également poursuivre résolument l’exécution de nos grands travaux, avec un accent particulier sur les infrastructures routières. Les services de proximité à la population, s’agissant notamment de la fourniture en eau, en électricité, et en soins de santé, bénéficieront d’une attention spéciale.

La carte sanitaire de notre pays se densifie chaque année, avec la construction d’une centaine de Centres de santé, de Centres Médicaux d’Arrondissement et d’Hôpitaux de district.

Nous allons poursuivre nos efforts, afin de faire bénéficier à nos populations des soins de santé de qualité et accessibles à tous. C’est dans cette optique, que j’ai donné au Gouvernement, l’instruction de parachever les réflexions relatives à la mise en place progressive de la Couverture Santé Universelle.

Des progrès notables ont été enregistrés dans la réalisation des projets inscrits dans le Plan d’urgence triennal. Il s’agit de projets générateurs d’un réel progrès social au bénéfice de nos populations. Les efforts à cet égard seront poursuivis.

L’action continue du Gouvernement, en faveur de la densification de la carte scolaire et universitaire,  fait du Cameroun un formidable vivier de ressources humaines de qualité en Afrique. Nous allons parallèlement intensifier nos efforts en matière de création d’emplois, notamment en faveur de notre jeunesse. L’achèvement de grands projets, tel le Port de Kribi, qui entrera bientôt en activité, offre à cet  égard d’intéressantes perspectives.

La mission de revue du FMI qui s’est déroulée en octobre-novembre 2017, s’est félicitée, à juste titre, tant de la résilience de notre économie, que de nos performances dans la mise en œuvre du programme avec cette institution. Ceci est, vous en conviendrez avec moi, de bon augure pour nos objectifs en vue de l’émergence.

Mes chers compatriotes,

Au plan sportif, l’année qui s’achève nous a offert de belles victoires qu’il convient de saluer. Nos Lions Indomptables du football ont brillamment remporté leur cinquième sacre continental. Notre équipe nationale de volleyball féminin nous a comblés de fierté, en devenant championne d’Afrique, ici même à Yaoundé. A travers les stades du monde entier, nos athlètes ont fait briller notre drapeau et résonner notre hymne national. La Nation camerounaise par ma voix, les félicite chaleureusement.

En 2019, comme vous le savez, notre pays accueillera la grande famille du football continental, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Ce sera l’occasion, au-delà de l’aspect purement sportif, de faire profiter à nos hôtes de la chaleur de l’hospitalité camerounaise. Je n’ai nul doute que, comme nos  sportifs, nos populations sauront se montrer à la hauteur de l’événement et présenter le meilleur visage du Cameroun.

Notre pays sera prêt pour cette grande fête de l’amitié. J’en ai pris l’engagement.

Mes chers compatriotes,

Au nombre des défis que le Cameroun a eu à relever au cours de l’année 2017, le défi sécuritaire n’était pas le moindre.

La secte terroriste Boko Haram a en effet poursuivi ses attaques contre notre pays. Grâce à la vaillance de nos soldats, et au courage de nos populations, nous avons infligé de cuisantes défaites à ce groupe criminel et réduit à néant ses rêves expansionnistes. Bien évidemment, la vigilance reste de mise. Nous allons poursuivre avec détermination, de concert avec nos voisins et nos partenaires internationaux, nos efforts en vue de l’éradication totale de ce groupe terroriste.

Nous avons également enregistré des succès notables dans le cadre de la lutte contre le phénomène des prises d’otages à notre frontière orientale. Nous allons intensifier nos efforts à cet égard et continuer à traquer sans relâche, les groupes criminels impliqués.

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des revendications socio- professionnelles, auxquelles le Gouvernement s’est pourtant efforcé d’apporter des réponses appropriées, ont fait l’objet d’une récupération par des extrémistes, cherchant à imposer par la violence, leur projet sécessionniste.

Nous avons tous été témoins de la gravité des débordements qui en ont résulté. Les symboles de la République ont été profanés. L’éducation de nos enfants a été prise en otage, par des pyromanes criminels qui n’ont pas hésité à incendier des écoles et à attaquer des élèves. Les activités économiques et sociales ont été  perturbées par des mots d’ordre irresponsables, imposés aux populations par la menace,  l’intimidation et la violence. Des attentats à la bombe ont été perpétrés. Plusieurs de nos compatriotes ont perdu la vie dans les violences orchestrées par les sécessionnistes. Des membres de nos forces de défense et de sécurité ont été assassinés de sang-froid, en accomplissant leur devoir.

Je voudrais vous inviter à avoir une pensée pieuse pour tous nos concitoyens qui ont perdu la vie dans cette crise. Je voudrais également, au nom de la Nation tout entière, présenter nos sincères condoléances à toutes les familles endeuillées.

Comme j’ai eu à le rappeler récemment, il est de mon devoir de veiller à l’ordre républicain, à la paix sociale, à l’unité de la Nation et à l’intégrité du Cameroun.

J’ai à cet égard, instruit que tous ceux qui ont pris les armes, qui exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche et répondent de leurs crimes devant la justice.

Les opérations de sécurisation engagées à cet égard ont donné d’excellents résultats. Elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais sans excès. Je félicite les forces de défense et de sécurité pour la bravoure, la détermination, la retenue et le professionnalisme dont elles ont fait montre jusqu’alors.

Je sais que le souhait de tous les Camerounais de bonne volonté, est que les tensions cessent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et que la situation revienne à la normale. Dans leur immense majorité, les Camerounais aspirent à vivre ensemble, dans la paix.

C’est soucieux de cette aspiration que j’ai créé la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et du Multiculturalisme, dont le rôle dans la promotion de notre vivre ensemble sera essentiel.

C’est également dans la même optique, que j’ai demandé au Gouvernement, dès le début de la crise, d’engager un dialogue constructif avec les enseignants et les avocats anglophones, dans le but de rechercher des solutions à leurs revendications. De nombreuses actions ont été prises par le Gouvernement à l’issue de ce dialogue, allant même au-delà des revendications initiales. D’autres sont en cours ou envisagées.

Le dialogue, je le précise bien, a toujours été et restera toujours pour moi, la voie privilégiée de résolution des problèmes, pour autant qu’il s’inscrive strictement dans le cadre de la légalité républicaine.

Mes chers compatriotes,

Les consultations que j’ai menées, mais aussi les multiples avis et suggestions que j’ai recueillis, m’ont conforté dans l’idée que nos concitoyens souhaitent participer davantage à la gestion de leurs affaires, notamment au niveau local.

Je crois fermement à cet égard, que l’accélération de notre processus de décentralisation va permettre de renforcer le développement de nos régions.

J’ai dans cette optique, prescrit la mise en œuvre des mesures nécessaires pour concrétiser rapidement cette réforme majeure.

Dans le même ordre d’idées, le parachèvement de la mise en place des institutions prévues par la Constitution, permettra de consolider l’Etat de droit et ouvrira une nouvelle page de notre processus démocratique.

2018 sera une importante année électorale. Toutes les dispositions nécessaires seront prises afin que les opérations électorales se déroulent dans le calme et la sécurité.

Mes chers compatriotes,

Comme vous pouvez le constater, de nombreux défis interpellent notre Nation. Nous devons les relever ensemble, dans la fraternité, dans le respect des institutions et dans l’esprit de concorde nationale.

Dans cette optique, le Cameroun est pour chacun d’entre nous un précieux héritage.

Sachons rester dignes de l’héritage reçu, ce Cameroun uni, qui va debout, fier et jaloux de sa liberté.

Bonne Année à toutes et à tous !

Et vive le Cameroun !

Yaoundé, le 31 décembre  2017

Télécharger le Message du Chef de l'Etat (pdf)Camerounaises, Camerounais,

Mes chers compatriotes,

Au cours de l’année qui s’achève, le Cameroun a, dans un contexte difficile, confirmé aux yeux du monde, la solidité de ses institutions, la résilience de son économie et son attachement à l’unité nationale.

Notre pays a en effet démontré, une formidable capacité à relever les multiples défis auxquels il a été confronté, aux plans sportif, sécuritaire, économique ou social.

Cette performance, c’est d’abord à vous qu’il la doit, Camerounaises et Camerounais ! Que vous soyez du Nord ou du Sud, de l’Est ou de l’Ouest. Que vous soyez anglophones ou francophones, vous avez toujours su, dans votre immense majorité, faire preuve de courage, de dynamisme, d’esprit patriotique et surtout de maturité.

Je vous en félicite !

Mes chers compatriotes,

La conjoncture internationale défavorable, en raison notamment, de la baisse persistante des cours des matières premières, a négativement impacté la croissance économique et le progrès social dans notre pays. Il en est en outre résulté des difficultés de trésorerie, dont les fournisseurs de l’Etat et particulièrement les Petites et Moyennes Entreprises, ont fortement pâti.

Dans le cadre de ses efforts pour faire face à cette situation, le Gouvernement  a conclu, en juin 2017, avec le Fonds Monétaire International, un programme économique et financier appuyé par une « Facilité élargie de crédit ». Ce programme devrait avoir dès 2018, un impact positif sur notre croissance.

Nous allons à cet égard, poursuivre nos efforts en faveur de l’optimisation de la collecte des revenus de l’Etat et de la rationalisation de la dépense publique. Une attention particulière sera accordée à la situation des PME, notamment pour ce qui est du règlement prioritaire de la dette qui leur est due, comme de l’amélioration de leur accès au crédit bancaire.

Nous allons également poursuivre résolument l’exécution de nos grands travaux, avec un accent particulier sur les infrastructures routières. Les services de proximité à la population, s’agissant notamment de la fourniture en eau, en électricité, et en soins de santé, bénéficieront d’une attention spéciale.

La carte sanitaire de notre pays se densifie chaque année, avec la construction d’une centaine de Centres de santé, de Centres Médicaux d’Arrondissement et d’Hôpitaux de district.

Nous allons poursuivre nos efforts, afin de faire bénéficier à nos populations des soins de santé de qualité et accessibles à tous. C’est dans cette optique, que j’ai donné au Gouvernement, l’instruction de parachever les réflexions relatives à la mise en place progressive de la Couverture Santé Universelle.

Des progrès notables ont été enregistrés dans la réalisation des projets inscrits dans le Plan d’urgence triennal. Il s’agit de projets générateurs d’un réel progrès social au bénéfice de nos populations. Les efforts à cet égard seront poursuivis.

L’action continue du Gouvernement, en faveur de la densification de la carte scolaire et universitaire,  fait du Cameroun un formidable vivier de ressources humaines de qualité en Afrique. Nous allons parallèlement intensifier nos efforts en matière de création d’emplois, notamment en faveur de notre jeunesse. L’achèvement de grands projets, tel le Port de Kribi, qui entrera bientôt en activité, offre à cet  égard d’intéressantes perspectives.

La mission de revue du FMI qui s’est déroulée en octobre-novembre 2017, s’est félicitée, à juste titre, tant de la résilience de notre économie, que de nos performances dans la mise en œuvre du programme avec cette institution. Ceci est, vous en conviendrez avec moi, de bon augure pour nos objectifs en vue de l’émergence.

Mes chers compatriotes,

Au plan sportif, l’année qui s’achève nous a offert de belles victoires qu’il convient de saluer. Nos Lions Indomptables du football ont brillamment remporté leur cinquième sacre continental. Notre équipe nationale de volleyball féminin nous a comblés de fierté, en devenant championne d’Afrique, ici même à Yaoundé. A travers les stades du monde entier, nos athlètes ont fait briller notre drapeau et résonner notre hymne national. La Nation camerounaise par ma voix, les félicite chaleureusement.

En 2019, comme vous le savez, notre pays accueillera la grande famille du football continental, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Ce sera l’occasion, au-delà de l’aspect purement sportif, de faire profiter à nos hôtes de la chaleur de l’hospitalité camerounaise. Je n’ai nul doute que, comme nos  sportifs, nos populations sauront se montrer à la hauteur de l’événement et présenter le meilleur visage du Cameroun.

Notre pays sera prêt pour cette grande fête de l’amitié. J’en ai pris l’engagement.

Mes chers compatriotes,

Au nombre des défis que le Cameroun a eu à relever au cours de l’année 2017, le défi sécuritaire n’était pas le moindre.

La secte terroriste Boko Haram a en effet poursuivi ses attaques contre notre pays. Grâce à la vaillance de nos soldats, et au courage de nos populations, nous avons infligé de cuisantes défaites à ce groupe criminel et réduit à néant ses rêves expansionnistes. Bien évidemment, la vigilance reste de mise. Nous allons poursuivre avec détermination, de concert avec nos voisins et nos partenaires internationaux, nos efforts en vue de l’éradication totale de ce groupe terroriste.

Nous avons également enregistré des succès notables dans le cadre de la lutte contre le phénomène des prises d’otages à notre frontière orientale. Nous allons intensifier nos efforts à cet égard et continuer à traquer sans relâche, les groupes criminels impliqués.

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des revendications socio- professionnelles, auxquelles le Gouvernement s’est pourtant efforcé d’apporter des réponses appropriées, ont fait l’objet d’une récupération par des extrémistes, cherchant à imposer par la violence, leur projet sécessionniste.

Nous avons tous été témoins de la gravité des débordements qui en ont résulté. Les symboles de la République ont été profanés. L’éducation de nos enfants a été prise en otage, par des pyromanes criminels qui n’ont pas hésité à incendier des écoles et à attaquer des élèves. Les activités économiques et sociales ont été  perturbées par des mots d’ordre irresponsables, imposés aux populations par la menace,  l’intimidation et la violence. Des attentats à la bombe ont été perpétrés. Plusieurs de nos compatriotes ont perdu la vie dans les violences orchestrées par les sécessionnistes. Des membres de nos forces de défense et de sécurité ont été assassinés de sang-froid, en accomplissant leur devoir.

Je voudrais vous inviter à avoir une pensée pieuse pour tous nos concitoyens qui ont perdu la vie dans cette crise. Je voudrais également, au nom de la Nation tout entière, présenter nos sincères condoléances à toutes les familles endeuillées.

Comme j’ai eu à le rappeler récemment, il est de mon devoir de veiller à l’ordre républicain, à la paix sociale, à l’unité de la Nation et à l’intégrité du Cameroun.

J’ai à cet égard, instruit que tous ceux qui ont pris les armes, qui exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche et répondent de leurs crimes devant la justice.

Les opérations de sécurisation engagées à cet égard ont donné d’excellents résultats. Elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais sans excès. Je félicite les forces de défense et de sécurité pour la bravoure, la détermination, la retenue et le professionnalisme dont elles ont fait montre jusqu’alors.

Je sais que le souhait de tous les Camerounais de bonne volonté, est que les tensions cessent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et que la situation revienne à la normale. Dans leur immense majorité, les Camerounais aspirent à vivre ensemble, dans la paix.

C’est soucieux de cette aspiration que j’ai créé la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et du Multiculturalisme, dont le rôle dans la promotion de notre vivre ensemble sera essentiel.

C’est également dans la même optique, que j’ai demandé au Gouvernement, dès le début de la crise, d’engager un dialogue constructif avec les enseignants et les avocats anglophones, dans le but de rechercher des solutions à leurs revendications. De nombreuses actions ont été prises par le Gouvernement à l’issue de ce dialogue, allant même au-delà des revendications initiales. D’autres sont en cours ou envisagées.

Le dialogue, je le précise bien, a toujours été et restera toujours pour moi, la voie privilégiée de résolution des problèmes, pour autant qu’il s’inscrive strictement dans le cadre de la légalité républicaine.

Mes chers compatriotes,

Les consultations que j’ai menées, mais aussi les multiples avis et suggestions que j’ai recueillis, m’ont conforté dans l’idée que nos concitoyens souhaitent participer davantage à la gestion de leurs affaires, notamment au niveau local.

Je crois fermement à cet égard, que l’accélération de notre processus de décentralisation va permettre de renforcer le développement de nos régions.

J’ai dans cette optique, prescrit la mise en œuvre des mesures nécessaires pour concrétiser rapidement cette réforme majeure.

Dans le même ordre d’idées, le parachèvement de la mise en place des institutions prévues par la Constitution, permettra de consolider l’Etat de droit et ouvrira une nouvelle page de notre processus démocratique.

2018 sera une importante année électorale. Toutes les dispositions nécessaires seront prises afin que les opérations électorales se déroulent dans le calme et la sécurité.

Mes chers compatriotes,

Comme vous pouvez le constater, de nombreux défis interpellent notre Nation. Nous devons les relever ensemble, dans la fraternité, dans le respect des institutions et dans l’esprit de concorde nationale.

Dans cette optique, le Cameroun est pour chacun d’entre nous un précieux héritage.

Sachons rester dignes de l’héritage reçu, ce Cameroun uni, qui va debout, fier et jaloux de sa liberté.

Bonne Année à toutes et à tous !

Et vive le Cameroun !

Yaoundé, le 31 décembre  2017

Télécharger le Message du Chef de l'Etat (pdf)

Camerounaises, Camerounais,

Mes chers compatriotes,

Au cours de l’année qui s’achève, le Cameroun a, dans un contexte difficile, confirmé aux yeux du monde, la solidité de ses institutions, la résilience de son économie et son attachement à l’unité nationale.

Notre pays a en effet démontré, une formidable capacité à relever les multiples défis auxquels il a été confronté, aux plans sportif, sécuritaire, économique ou social.

Cette performance, c’est d’abord à vous qu’il la doit, Camerounaises et Camerounais ! Que vous soyez du Nord ou du Sud, de l’Est ou de l’Ouest. Que vous soyez anglophones ou francophones, vous avez toujours su, dans votre immense majorité, faire preuve de courage, de dynamisme, d’esprit patriotique et surtout de maturité.

Je vous en félicite !

Mes chers compatriotes,

La conjoncture internationale défavorable, en raison notamment, de la baisse persistante des cours des matières premières, a négativement impacté la croissance économique et le progrès social dans notre pays. Il en est en outre résulté des difficultés de trésorerie, dont les fournisseurs de l’Etat et particulièrement les Petites et Moyennes Entreprises, ont fortement pâti.

Dans le cadre de ses efforts pour faire face à cette situation, le Gouvernement  a conclu, en juin 2017, avec le Fonds Monétaire International, un programme économique et financier appuyé par une « Facilité élargie de crédit ». Ce programme devrait avoir dès 2018, un impact positif sur notre croissance.

Nous allons à cet égard, poursuivre nos efforts en faveur de l’optimisation de la collecte des revenus de l’Etat et de la rationalisation de la dépense publique. Une attention particulière sera accordée à la situation des PME, notamment pour ce qui est du règlement prioritaire de la dette qui leur est due, comme de l’amélioration de leur accès au crédit bancaire.

Nous allons également poursuivre résolument l’exécution de nos grands travaux, avec un accent particulier sur les infrastructures routières. Les services de proximité à la population, s’agissant notamment de la fourniture en eau, en électricité, et en soins de santé, bénéficieront d’une attention spéciale.

La carte sanitaire de notre pays se densifie chaque année, avec la construction d’une centaine de Centres de santé, de Centres Médicaux d’Arrondissement et d’Hôpitaux de district.

Nous allons poursuivre nos efforts, afin de faire bénéficier à nos populations des soins de santé de qualité et accessibles à tous. C’est dans cette optique, que j’ai donné au Gouvernement, l’instruction de parachever les réflexions relatives à la mise en place progressive de la Couverture Santé Universelle.

Des progrès notables ont été enregistrés dans la réalisation des projets inscrits dans le Plan d’urgence triennal. Il s’agit de projets générateurs d’un réel progrès social au bénéfice de nos populations. Les efforts à cet égard seront poursuivis.

L’action continue du Gouvernement, en faveur de la densification de la carte scolaire et universitaire,  fait du Cameroun un formidable vivier de ressources humaines de qualité en Afrique. Nous allons parallèlement intensifier nos efforts en matière de création d’emplois, notamment en faveur de notre jeunesse. L’achèvement de grands projets, tel le Port de Kribi, qui entrera bientôt en activité, offre à cet  égard d’intéressantes perspectives.

La mission de revue du FMI qui s’est déroulée en octobre-novembre 2017, s’est félicitée, à juste titre, tant de la résilience de notre économie, que de nos performances dans la mise en œuvre du programme avec cette institution. Ceci est, vous en conviendrez avec moi, de bon augure pour nos objectifs en vue de l’émergence.

Mes chers compatriotes,

Au plan sportif, l’année qui s’achève nous a offert de belles victoires qu’il convient de saluer. Nos Lions Indomptables du football ont brillamment remporté leur cinquième sacre continental. Notre équipe nationale de volleyball féminin nous a comblés de fierté, en devenant championne d’Afrique, ici même à Yaoundé. A travers les stades du monde entier, nos athlètes ont fait briller notre drapeau et résonner notre hymne national. La Nation camerounaise par ma voix, les félicite chaleureusement.

En 2019, comme vous le savez, notre pays accueillera la grande famille du football continental, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Ce sera l’occasion, au-delà de l’aspect purement sportif, de faire profiter à nos hôtes de la chaleur de l’hospitalité camerounaise. Je n’ai nul doute que, comme nos  sportifs, nos populations sauront se montrer à la hauteur de l’événement et présenter le meilleur visage du Cameroun.

Notre pays sera prêt pour cette grande fête de l’amitié. J’en ai pris l’engagement.

Mes chers compatriotes,

Au nombre des défis que le Cameroun a eu à relever au cours de l’année 2017, le défi sécuritaire n’était pas le moindre.

La secte terroriste Boko Haram a en effet poursuivi ses attaques contre notre pays. Grâce à la vaillance de nos soldats, et au courage de nos populations, nous avons infligé de cuisantes défaites à ce groupe criminel et réduit à néant ses rêves expansionnistes. Bien évidemment, la vigilance reste de mise. Nous allons poursuivre avec détermination, de concert avec nos voisins et nos partenaires internationaux, nos efforts en vue de l’éradication totale de ce groupe terroriste.

Nous avons également enregistré des succès notables dans le cadre de la lutte contre le phénomène des prises d’otages à notre frontière orientale. Nous allons intensifier nos efforts à cet égard et continuer à traquer sans relâche, les groupes criminels impliqués.

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des revendications socio- professionnelles, auxquelles le Gouvernement s’est pourtant efforcé d’apporter des réponses appropriées, ont fait l’objet d’une récupération par des extrémistes, cherchant à imposer par la violence, leur projet sécessionniste.

Nous avons tous été témoins de la gravité des débordements qui en ont résulté. Les symboles de la République ont été profanés. L’éducation de nos enfants a été prise en otage, par des pyromanes criminels qui n’ont pas hésité à incendier des écoles et à attaquer des élèves. Les activités économiques et sociales ont été  perturbées par des mots d’ordre irresponsables, imposés aux populations par la menace,  l’intimidation et la violence. Des attentats à la bombe ont été perpétrés. Plusieurs de nos compatriotes ont perdu la vie dans les violences orchestrées par les sécessionnistes. Des membres de nos forces de défense et de sécurité ont été assassinés de sang-froid, en accomplissant leur devoir.

Je voudrais vous inviter à avoir une pensée pieuse pour tous nos concitoyens qui ont perdu la vie dans cette crise. Je voudrais également, au nom de la Nation tout entière, présenter nos sincères condoléances à toutes les familles endeuillées.

Comme j’ai eu à le rappeler récemment, il est de mon devoir de veiller à l’ordre républicain, à la paix sociale, à l’unité de la Nation et à l’intégrité du Cameroun.

J’ai à cet égard, instruit que tous ceux qui ont pris les armes, qui exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche et répondent de leurs crimes devant la justice.

Les opérations de sécurisation engagées à cet égard ont donné d’excellents résultats. Elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais sans excès. Je félicite les forces de défense et de sécurité pour la bravoure, la détermination, la retenue et le professionnalisme dont elles ont fait montre jusqu’alors.

Je sais que le souhait de tous les Camerounais de bonne volonté, est que les tensions cessent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et que la situation revienne à la normale. Dans leur immense majorité, les Camerounais aspirent à vivre ensemble, dans la paix.

C’est soucieux de cette aspiration que j’ai créé la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et du Multiculturalisme, dont le rôle dans la promotion de notre vivre ensemble sera essentiel.

C’est également dans la même optique, que j’ai demandé au Gouvernement, dès le début de la crise, d’engager un dialogue constructif avec les enseignants et les avocats anglophones, dans le but de rechercher des solutions à leurs revendications. De nombreuses actions ont été prises par le Gouvernement à l’issue de ce dialogue, allant même au-delà des revendications initiales. D’autres sont en cours ou envisagées.

Le dialogue, je le précise bien, a toujours été et restera toujours pour moi, la voie privilégiée de résolution des problèmes, pour autant qu’il s’inscrive strictement dans le cadre de la légalité républicaine.

Mes chers compatriotes,

Les consultations que j’ai menées, mais aussi les multiples avis et suggestions que j’ai recueillis, m’ont conforté dans l’idée que nos concitoyens souhaitent participer davantage à la gestion de leurs affaires, notamment au niveau local.

Je crois fermement à cet égard, que l’accélération de notre processus de décentralisation va permettre de renforcer le développement de nos régions.

J’ai dans cette optique, prescrit la mise en œuvre des mesures nécessaires pour concrétiser rapidement cette réforme majeure.

Dans le même ordre d’idées, le parachèvement de la mise en place des institutions prévues par la Constitution, permettra de consolider l’Etat de droit et ouvrira une nouvelle page de notre processus démocratique.

2018 sera une importante année électorale. Toutes les dispositions nécessaires seront prises afin que les opérations électorales se déroulent dans le calme et la sécurité.

Mes chers compatriotes,

Comme vous pouvez le constater, de nombreux défis interpellent notre Nation. Nous devons les relever ensemble, dans la fraternité, dans le respect des institutions et dans l’esprit de concorde nationale.

Dans cette optique, le Cameroun est pour chacun d’entre nous un précieux héritage.

Sachons rester dignes de l’héritage reçu, ce Cameroun uni, qui va debout, fier et jaloux de sa liberté.

Bonne Année à toutes et à tous !

Et vive le Cameroun !

Yaoundé, le 31 décembre  2017

Télécharger le Message du Chef de l'Etat (pdf)Camerounaises, Camerounais,

Mes chers compatriotes,

Au cours de l’année qui s’achève, le Cameroun a, dans un contexte difficile, confirmé aux yeux du monde, la solidité de ses institutions, la résilience de son économie et son attachement à l’unité nationale.

Notre pays a en effet démontré, une formidable capacité à relever les multiples défis auxquels il a été confronté, aux plans sportif, sécuritaire, économique ou social.

Cette performance, c’est d’abord à vous qu’il la doit, Camerounaises et Camerounais ! Que vous soyez du Nord ou du Sud, de l’Est ou de l’Ouest. Que vous soyez anglophones ou francophones, vous avez toujours su, dans votre immense majorité, faire preuve de courage, de dynamisme, d’esprit patriotique et surtout de maturité.

Je vous en félicite !

Mes chers compatriotes,

La conjoncture internationale défavorable, en raison notamment, de la baisse persistante des cours des matières premières, a négativement impacté la croissance économique et le progrès social dans notre pays. Il en est en outre résulté des difficultés de trésorerie, dont les fournisseurs de l’Etat et particulièrement les Petites et Moyennes Entreprises, ont fortement pâti.

Dans le cadre de ses efforts pour faire face à cette situation, le Gouvernement  a conclu, en juin 2017, avec le Fonds Monétaire International, un programme économique et financier appuyé par une « Facilité élargie de crédit ». Ce programme devrait avoir dès 2018, un impact positif sur notre croissance.

Nous allons à cet égard, poursuivre nos efforts en faveur de l’optimisation de la collecte des revenus de l’Etat et de la rationalisation de la dépense publique. Une attention particulière sera accordée à la situation des PME, notamment pour ce qui est du règlement prioritaire de la dette qui leur est due, comme de l’amélioration de leur accès au crédit bancaire.

Nous allons également poursuivre résolument l’exécution de nos grands travaux, avec un accent particulier sur les infrastructures routières. Les services de proximité à la population, s’agissant notamment de la fourniture en eau, en électricité, et en soins de santé, bénéficieront d’une attention spéciale.

La carte sanitaire de notre pays se densifie chaque année, avec la construction d’une centaine de Centres de santé, de Centres Médicaux d’Arrondissement et d’Hôpitaux de district.

Nous allons poursuivre nos efforts, afin de faire bénéficier à nos populations des soins de santé de qualité et accessibles à tous. C’est dans cette optique, que j’ai donné au Gouvernement, l’instruction de parachever les réflexions relatives à la mise en place progressive de la Couverture Santé Universelle.

Des progrès notables ont été enregistrés dans la réalisation des projets inscrits dans le Plan d’urgence triennal. Il s’agit de projets générateurs d’un réel progrès social au bénéfice de nos populations. Les efforts à cet égard seront poursuivis.

L’action continue du Gouvernement, en faveur de la densification de la carte scolaire et universitaire,  fait du Cameroun un formidable vivier de ressources humaines de qualité en Afrique. Nous allons parallèlement intensifier nos efforts en matière de création d’emplois, notamment en faveur de notre jeunesse. L’achèvement de grands projets, tel le Port de Kribi, qui entrera bientôt en activité, offre à cet  égard d’intéressantes perspectives.

La mission de revue du FMI qui s’est déroulée en octobre-novembre 2017, s’est félicitée, à juste titre, tant de la résilience de notre économie, que de nos performances dans la mise en œuvre du programme avec cette institution. Ceci est, vous en conviendrez avec moi, de bon augure pour nos objectifs en vue de l’émergence.

Mes chers compatriotes,

Au plan sportif, l’année qui s’achève nous a offert de belles victoires qu’il convient de saluer. Nos Lions Indomptables du football ont brillamment remporté leur cinquième sacre continental. Notre équipe nationale de volleyball féminin nous a comblés de fierté, en devenant championne d’Afrique, ici même à Yaoundé. A travers les stades du monde entier, nos athlètes ont fait briller notre drapeau et résonner notre hymne national. La Nation camerounaise par ma voix, les félicite chaleureusement.

En 2019, comme vous le savez, notre pays accueillera la grande famille du football continental, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Ce sera l’occasion, au-delà de l’aspect purement sportif, de faire profiter à nos hôtes de la chaleur de l’hospitalité camerounaise. Je n’ai nul doute que, comme nos  sportifs, nos populations sauront se montrer à la hauteur de l’événement et présenter le meilleur visage du Cameroun.

Notre pays sera prêt pour cette grande fête de l’amitié. J’en ai pris l’engagement.

Mes chers compatriotes,

Au nombre des défis que le Cameroun a eu à relever au cours de l’année 2017, le défi sécuritaire n’était pas le moindre.

La secte terroriste Boko Haram a en effet poursuivi ses attaques contre notre pays. Grâce à la vaillance de nos soldats, et au courage de nos populations, nous avons infligé de cuisantes défaites à ce groupe criminel et réduit à néant ses rêves expansionnistes. Bien évidemment, la vigilance reste de mise. Nous allons poursuivre avec détermination, de concert avec nos voisins et nos partenaires internationaux, nos efforts en vue de l’éradication totale de ce groupe terroriste.

Nous avons également enregistré des succès notables dans le cadre de la lutte contre le phénomène des prises d’otages à notre frontière orientale. Nous allons intensifier nos efforts à cet égard et continuer à traquer sans relâche, les groupes criminels impliqués.

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des revendications socio- professionnelles, auxquelles le Gouvernement s’est pourtant efforcé d’apporter des réponses appropriées, ont fait l’objet d’une récupération par des extrémistes, cherchant à imposer par la violence, leur projet sécessionniste.

Nous avons tous été témoins de la gravité des débordements qui en ont résulté. Les symboles de la République ont été profanés. L’éducation de nos enfants a été prise en otage, par des pyromanes criminels qui n’ont pas hésité à incendier des écoles et à attaquer des élèves. Les activités économiques et sociales ont été  perturbées par des mots d’ordre irresponsables, imposés aux populations par la menace,  l’intimidation et la violence. Des attentats à la bombe ont été perpétrés. Plusieurs de nos compatriotes ont perdu la vie dans les violences orchestrées par les sécessionnistes. Des membres de nos forces de défense et de sécurité ont été assassinés de sang-froid, en accomplissant leur devoir.

Je voudrais vous inviter à avoir une pensée pieuse pour tous nos concitoyens qui ont perdu la vie dans cette crise. Je voudrais également, au nom de la Nation tout entière, présenter nos sincères condoléances à toutes les familles endeuillées.

Comme j’ai eu à le rappeler récemment, il est de mon devoir de veiller à l’ordre républicain, à la paix sociale, à l’unité de la Nation et à l’intégrité du Cameroun.

J’ai à cet égard, instruit que tous ceux qui ont pris les armes, qui exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche et répondent de leurs crimes devant la justice.

Les opérations de sécurisation engagées à cet égard ont donné d’excellents résultats. Elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais sans excès. Je félicite les forces de défense et de sécurité pour la bravoure, la détermination, la retenue et le professionnalisme dont elles ont fait montre jusqu’alors.

Je sais que le souhait de tous les Camerounais de bonne volonté, est que les tensions cessent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et que la situation revienne à la normale. Dans leur immense majorité, les Camerounais aspirent à vivre ensemble, dans la paix.

C’est soucieux de cette aspiration que j’ai créé la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et du Multiculturalisme, dont le rôle dans la promotion de notre vivre ensemble sera essentiel.

C’est également dans la même optique, que j’ai demandé au Gouvernement, dès le début de la crise, d’engager un dialogue constructif avec les enseignants et les avocats anglophones, dans le but de rechercher des solutions à leurs revendications. De nombreuses actions ont été prises par le Gouvernement à l’issue de ce dialogue, allant même au-delà des revendications initiales. D’autres sont en cours ou envisagées.

Le dialogue, je le précise bien, a toujours été et restera toujours pour moi, la voie privilégiée de résolution des problèmes, pour autant qu’il s’inscrive strictement dans le cadre de la légalité républicaine.

Mes chers compatriotes,

Les consultations que j’ai menées, mais aussi les multiples avis et suggestions que j’ai recueillis, m’ont conforté dans l’idée que nos concitoyens souhaitent participer davantage à la gestion de leurs affaires, notamment au niveau local.

Je crois fermement à cet égard, que l’accélération de notre processus de décentralisation va permettre de renforcer le développement de nos régions.

J’ai dans cette optique, prescrit la mise en œuvre des mesures nécessaires pour concrétiser rapidement cette réforme majeure.

Dans le même ordre d’idées, le parachèvement de la mise en place des institutions prévues par la Constitution, permettra de consolider l’Etat de droit et ouvrira une nouvelle page de notre processus démocratique.

2018 sera une importante année électorale. Toutes les dispositions nécessaires seront prises afin que les opérations électorales se déroulent dans le calme et la sécurité.

Mes chers compatriotes,

Comme vous pouvez le constater, de nombreux défis interpellent notre Nation. Nous devons les relever ensemble, dans la fraternité, dans le respect des institutions et dans l’esprit de concorde nationale.

Dans cette optique, le Cameroun est pour chacun d’entre nous un précieux héritage.

Sachons rester dignes de l’héritage reçu, ce Cameroun uni, qui va debout, fier et jaloux de sa liberté.

Bonne Année à toutes et à tous !

Et vive le Cameroun !

Yaoundé, le 31 décembre  2017

Télécharger le Message du Chef de l'Etat (pdf)

Camerounaises, Camerounais,

Mes chers compatriotes,

Au cours de l’année qui s’achève, le Cameroun a, dans un contexte difficile, confirmé aux yeux du monde, la solidité de ses institutions, la résilience de son économie et son attachement à l’unité nationale.

Notre pays a en effet démontré, une formidable capacité à relever les multiples défis auxquels il a été confronté, aux plans sportif, sécuritaire, économique ou social.

Cette performance, c’est d’abord à vous qu’il la doit, Camerounaises et Camerounais ! Que vous soyez du Nord ou du Sud, de l’Est ou de l’Ouest. Que vous soyez anglophones ou francophones, vous avez toujours su, dans votre immense majorité, faire preuve de courage, de dynamisme, d’esprit patriotique et surtout de maturité.

Je vous en félicite !

Mes chers compatriotes,

La conjoncture internationale défavorable, en raison notamment, de la baisse persistante des cours des matières premières, a négativement impacté la croissance économique et le progrès social dans notre pays. Il en est en outre résulté des difficultés de trésorerie, dont les fournisseurs de l’Etat et particulièrement les Petites et Moyennes Entreprises, ont fortement pâti.

Dans le cadre de ses efforts pour faire face à cette situation, le Gouvernement  a conclu, en juin 2017, avec le Fonds Monétaire International, un programme économique et financier appuyé par une « Facilité élargie de crédit ». Ce programme devrait avoir dès 2018, un impact positif sur notre croissance.

Nous allons à cet égard, poursuivre nos efforts en faveur de l’optimisation de la collecte des revenus de l’Etat et de la rationalisation de la dépense publique. Une attention particulière sera accordée à la situation des PME, notamment pour ce qui est du règlement prioritaire de la dette qui leur est due, comme de l’amélioration de leur accès au crédit bancaire.

Nous allons également poursuivre résolument l’exécution de nos grands travaux, avec un accent particulier sur les infrastructures routières. Les services de proximité à la population, s’agissant notamment de la fourniture en eau, en électricité, et en soins de santé, bénéficieront d’une attention spéciale.

La carte sanitaire de notre pays se densifie chaque année, avec la construction d’une centaine de Centres de santé, de Centres Médicaux d’Arrondissement et d’Hôpitaux de district.

Nous allons poursuivre nos efforts, afin de faire bénéficier à nos populations des soins de santé de qualité et accessibles à tous. C’est dans cette optique, que j’ai donné au Gouvernement, l’instruction de parachever les réflexions relatives à la mise en place progressive de la Couverture Santé Universelle.

Des progrès notables ont été enregistrés dans la réalisation des projets inscrits dans le Plan d’urgence triennal. Il s’agit de projets générateurs d’un réel progrès social au bénéfice de nos populations. Les efforts à cet égard seront poursuivis.

L’action continue du Gouvernement, en faveur de la densification de la carte scolaire et universitaire,  fait du Cameroun un formidable vivier de ressources humaines de qualité en Afrique. Nous allons parallèlement intensifier nos efforts en matière de création d’emplois, notamment en faveur de notre jeunesse. L’achèvement de grands projets, tel le Port de Kribi, qui entrera bientôt en activité, offre à cet  égard d’intéressantes perspectives.

La mission de revue du FMI qui s’est déroulée en octobre-novembre 2017, s’est félicitée, à juste titre, tant de la résilience de notre économie, que de nos performances dans la mise en œuvre du programme avec cette institution. Ceci est, vous en conviendrez avec moi, de bon augure pour nos objectifs en vue de l’émergence.

Mes chers compatriotes,

Au plan sportif, l’année qui s’achève nous a offert de belles victoires qu’il convient de saluer. Nos Lions Indomptables du football ont brillamment remporté leur cinquième sacre continental. Notre équipe nationale de volleyball féminin nous a comblés de fierté, en devenant championne d’Afrique, ici même à Yaoundé. A travers les stades du monde entier, nos athlètes ont fait briller notre drapeau et résonner notre hymne national. La Nation camerounaise par ma voix, les félicite chaleureusement.

En 2019, comme vous le savez, notre pays accueillera la grande famille du football continental, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Ce sera l’occasion, au-delà de l’aspect purement sportif, de faire profiter à nos hôtes de la chaleur de l’hospitalité camerounaise. Je n’ai nul doute que, comme nos  sportifs, nos populations sauront se montrer à la hauteur de l’événement et présenter le meilleur visage du Cameroun.

Notre pays sera prêt pour cette grande fête de l’amitié. J’en ai pris l’engagement.

Mes chers compatriotes,

Au nombre des défis que le Cameroun a eu à relever au cours de l’année 2017, le défi sécuritaire n’était pas le moindre.

La secte terroriste Boko Haram a en effet poursuivi ses attaques contre notre pays. Grâce à la vaillance de nos soldats, et au courage de nos populations, nous avons infligé de cuisantes défaites à ce groupe criminel et réduit à néant ses rêves expansionnistes. Bien évidemment, la vigilance reste de mise. Nous allons poursuivre avec détermination, de concert avec nos voisins et nos partenaires internationaux, nos efforts en vue de l’éradication totale de ce groupe terroriste.

Nous avons également enregistré des succès notables dans le cadre de la lutte contre le phénomène des prises d’otages à notre frontière orientale. Nous allons intensifier nos efforts à cet égard et continuer à traquer sans relâche, les groupes criminels impliqués.

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des revendications socio- professionnelles, auxquelles le Gouvernement s’est pourtant efforcé d’apporter des réponses appropriées, ont fait l’objet d’une récupération par des extrémistes, cherchant à imposer par la violence, leur projet sécessionniste.

Nous avons tous été témoins de la gravité des débordements qui en ont résulté. Les symboles de la République ont été profanés. L’éducation de nos enfants a été prise en otage, par des pyromanes criminels qui n’ont pas hésité à incendier des écoles et à attaquer des élèves. Les activités économiques et sociales ont été  perturbées par des mots d’ordre irresponsables, imposés aux populations par la menace,  l’intimidation et la violence. Des attentats à la bombe ont été perpétrés. Plusieurs de nos compatriotes ont perdu la vie dans les violences orchestrées par les sécessionnistes. Des membres de nos forces de défense et de sécurité ont été assassinés de sang-froid, en accomplissant leur devoir.

Je voudrais vous inviter à avoir une pensée pieuse pour tous nos concitoyens qui ont perdu la vie dans cette crise. Je voudrais également, au nom de la Nation tout entière, présenter nos sincères condoléances à toutes les familles endeuillées.

Comme j’ai eu à le rappeler récemment, il est de mon devoir de veiller à l’ordre républicain, à la paix sociale, à l’unité de la Nation et à l’intégrité du Cameroun.

J’ai à cet égard, instruit que tous ceux qui ont pris les armes, qui exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche et répondent de leurs crimes devant la justice.

Les opérations de sécurisation engagées à cet égard ont donné d’excellents résultats. Elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais sans excès. Je félicite les forces de défense et de sécurité pour la bravoure, la détermination, la retenue et le professionnalisme dont elles ont fait montre jusqu’alors.

Je sais que le souhait de tous les Camerounais de bonne volonté, est que les tensions cessent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et que la situation revienne à la normale. Dans leur immense majorité, les Camerounais aspirent à vivre ensemble, dans la paix.

C’est soucieux de cette aspiration que j’ai créé la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et du Multiculturalisme, dont le rôle dans la promotion de notre vivre ensemble sera essentiel.

C’est également dans la même optique, que j’ai demandé au Gouvernement, dès le début de la crise, d’engager un dialogue constructif avec les enseignants et les avocats anglophones, dans le but de rechercher des solutions à leurs revendications. De nombreuses actions ont été prises par le Gouvernement à l’issue de ce dialogue, allant même au-delà des revendications initiales. D’autres sont en cours ou envisagées.

Le dialogue, je le précise bien, a toujours été et restera toujours pour moi, la voie privilégiée de résolution des problèmes, pour autant qu’il s’inscrive strictement dans le cadre de la légalité républicaine.

Mes chers compatriotes,

Les consultations que j’ai menées, mais aussi les multiples avis et suggestions que j’ai recueillis, m’ont conforté dans l’idée que nos concitoyens souhaitent participer davantage à la gestion de leurs affaires, notamment au niveau local.

Je crois fermement à cet égard, que l’accélération de notre processus de décentralisation va permettre de renforcer le développement de nos régions.

J’ai dans cette optique, prescrit la mise en œuvre des mesures nécessaires pour concrétiser rapidement cette réforme majeure.

Dans le même ordre d’idées, le parachèvement de la mise en place des institutions prévues par la Constitution, permettra de consolider l’Etat de droit et ouvrira une nouvelle page de notre processus démocratique.

2018 sera une importante année électorale. Toutes les dispositions nécessaires seront prises afin que les opérations électorales se déroulent dans le calme et la sécurité.

Mes chers compatriotes,

Comme vous pouvez le constater, de nombreux défis interpellent notre Nation. Nous devons les relever ensemble, dans la fraternité, dans le respect des institutions et dans l’esprit de concorde nationale.

Dans cette optique, le Cameroun est pour chacun d’entre nous un précieux héritage.

Sachons rester dignes de l’héritage reçu, ce Cameroun uni, qui va debout, fier et jaloux de sa liberté.

Bonne Année à toutes et à tous !

Et vive le Cameroun !

Yaoundé, le 31 décembre  2017

Dr. Antoine de Padoue NDEMMANU

Saturday, December 16, 2017

Representant RDPF_KUMZSE Elecam:


You can download from the link below.   Look at the ... (More) and see Download as an option:


Representant RDPF Elecam

Click on link above.

Thursday, December 14, 2017

Chers parents, chers frères et soeurs, chers amis, chers compatriotes, Mesdames, Messieurs,


Joyeux Noël 2017 & Bonne Année 2018 par anticipation,


La vie est courte et elle peut s'arrêter à chaque instant, n'attendons pas qu'il soit trop tard pour dire je t'aime,pour prendre ceux que nous aimons dans nos bras,leur tenir la main et les regarder dans les yeux. Osons reprendre contact avec nos proches dont les années et les malentendus nous ont éloignées. Osons mettre notre fierté de côté et dépasser notre rancœur pour pardonner les erreurs du passé. N'attendons pas que les autres fassent le premier pas car il/elle attend peut-être la même chose. Montrons lui l'exemple. Osons apprendre à aimer au lieu de détester. Donc en cette clôture de l'année 2017 j'incline mon cœur devant tout le monde pour demander un sincère pardon. Pardon pour une parole blessante, pardon pour un comportement qui à peut-être dérangé. Pardon pour tous mes manquements. Que Dieu nous fasse miséricorde et nous accorde sa grâce et que Noël 2017 et la nouvelle Année 2018 deviennent pour chacun un temps de rencontre de paix , de joie et de réconciliation! Amen !
http://qnefertiti.blogspot.com
Que nous bénisse !
Que Dieu bénisse le Cameroun et l'Afrique ! Amen !

Dr. Antoine de Padoue NDEMMANU

Friday, December 8, 2017

LCCLC - Campagne présidentielle de 2018 -
La troisième République, comme écrit dans Pour une poignée de main historique du 09/10/1998 et prophétisé lors de l'entretien entre Mgr Thomas et UM Nyobe en 1957.


1957 - 1997 =  40 ans plus tard comme les 40 jours de Jésus-Christ au désert, les choses prennent leur décor, Dr Antoine de Padoue NDEMMANU est du retour d'Allemagne à bord d'un avion (oiseau) il porte un boubou vert rouge jaune ( blanc) , il est polyglotte, il s'exprime en plusieurs langues, il est économiste, philosophe, etc., il nous explique au sujet du monument de la réunification, qui peut y avoir plus d'une interprétation et aussi une explication spirituel en ce sens que la posture de la stèle fait aussi dire d'elle, le Jésus-Christ assis avec une flamme à la main comme lumière du monde et les petits-enfants sur Lui, etc.(magicien); consultez le lien suivant pour prendre connaissance de son projet de société et de ses nombreuses publications :

http://qnefertiti.blogspot.com 

Est-ce une prophétie?
Propos Du Mpodol Ruben Um Nyobe.

" Je ne peux accepter en l'etat, une prise du pouvoir dans le seul soucis de protéger les intérêts du colon tout en trahissant, le pacte patriotique et républicain qui lie tous les fils de notre cher  pays ceci par la dissolution pure et simple du nationalisme.

Le faisant, le peuple Bassa dont je suis issu jouira alors de tous les privilèges du colon mais qu'adviendra t-il des autres membres de notre collectivité ?

Je ne peux l'accepter, car ceci ne fait pas partie de la destinée prophétique de notre cher et beau pays.

En effet, comme le veut le Cameroun mystique et profond, le premier règne ira chez les longues robes (Grand Nord) leur règne sera long.

Ensuite, viendront les feuilles de manioc (Grand Betis), leur règne sera plus long que celui des longues robes.

Il y aura beaucoup de souffrance en cette période, peaucoup de désordre.

On vous vendra des vêtements, de la nourriture et bien d'autres choses dans les maisons, mais il n'y aura pas d'argent pour  en acheter.

Il y aura une faiblesse remarquable du pouvoir d'achat des citoyens, la misère sera ambiante et quelques privilégiés du système de prévarication mis en place auront droit au soleil, ce qui créera un profond malaise social.

De ce malaise social, émaneront des  marres de sang, créant de brefs affrontements fratricides.

 Malheur à ce moment pour ceux qui seront dans les métropoles.

Puis apparaîtra aux yeux de tous, celui qui viendra restaurer le développement durable, la souveraineté de notre Nation pour laquelle nous posons ici les jalons.

Cet homme providentiel qui viendra de nulle part (Non pas de l'establishment politique),

Viendra du ventre de l'oiseau (de l'avion), il sera, vêtu d'un court pagne blanc, tenant un chasse mouches, jeune, philosophe, intellectuel, magicien et polyglotte.

Aimé et accepté par tous, il conduira alors notre grande nation dans la concorde vers des lendemains radieux"

Entretien du Mpodol Ruben Um Nyobe en 1957 Avec Msgr Thomas Mongo.

Comme être au courant de tout ceci et proposer d'autres alternatives pour distraire et tromper les moins nantis, les moins informés, les ignorants....Pourquoi ne pas apporter au futur président que nous donne la providence pour préparer ensemble (amender et améliorer le projet de société existent) un projet de société, qui puis répond des aspirations et des besoins réels de nos population à un mieux être dans un vivre ensemble.....
Adhérons à ce projet contactez-nous !!!
a.tetra@yahoo.com ; Rdpc_kumzse@hotmail.com
Tel. (237) 694706852; 662291140

Que Dieu nous bénisse !
Que Dieu bénisse le Cameroun ! Amen !
Dr. Antoine de Padoue NDEMMANU

Monday, December 4, 2017


LCCLC - Campagne présidentielle de 2018.
Joyeux Noël 2017 & Bonne Année 2018!


Protocole d’interview
                                               Au Président National du RDPF-Kumzse
                                                Dr. Antoine De Padoue Ndemmanu

1-Monsieur le Président bonjour, depuis quelques temps on vous voit très actif sur le terrain, notamment à Yaoundé la capitale et siège des Institutions de la République. Qu’est ce qui justifie cette intense activité ?

Nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à notre action et à notre modeste personne. Votre question est celle de beaucoup d'autres de nos concitoyens, qu'ils veulent comprendre, savoir, avant de soutenir ou non, qui sont soucieux de l'avenir de notre cher et beau pays, puisque le président de la République n'est plus des plus jeunes et après trente-cinq (35) ans à l’exécutif, est aussi lui-même soucieux de ce que deviendra le Cameroun après lui et ses contemporains….

Effectivement à dix(10) voire onze (11) mois de d’échéance présidentielle et bien évidemment des échéances municipales et législatives de 2018, il est évident que le Rdpf_kumzse, qui est créé depuis vingt-deux (22) ans aujourd’hui (1995-2017) , ne saurait laisser pour plus longtemps le terrain politique aux vautours et autres hyènes ventre-logues, mais s'engage davantage pour défendre ses idéaux de justice sociale, de paix et de développement durable et inclusif de notre pays.

2-La présidentielle est prévue pour l’année 2018. Peut-on associer votre présence active sur le terrain avec cette importante échéance électorale ?

Merci pour cette question qui me permet de faire un rappel très important. Il s'agit des candidats au poste du président de la République du Cameroun depuis son indépendance à ce jour soit une vingtaine de personnalités parmi lesquelles, le président national du Rdpf_kumzse, Dr. Antoine de Padoue NDEMMANU, lors des échéances électorales du 12 Octobre 1997, signe particulièr, il fût le plus jeune candidat à l’élection présidentielle au Cameroun et son projet intitulé :
« La Communauté libérée, une réponse pragmatique au Pour Le Libéralisme Communautaire non appliqué. »
Considérant, l'enjeu crucial après la première ttentative d’il y’a vingt(20) ans (1997 – 2017/2018), je souhaite m'engager de nouveau et au nom de tout notre peuple nation à conduire les affaires au sommet de l'État du Cameroun dans l’abnégation et le soucis permanent du bien-être de tous les camerounais.
Oui ! J’affirme sans détour que j’aimerai bien être candidat aux élections présidentielles de 2018 si Dieu et les camerounais (Son Peuple) le désir ?!!!!!!!!

3-Revenons sur vos activités justement, peut-on déjà les évaluer depuis les six derniers mois jusqu’à présent ?

Il est souvent imprudent et prétentieux de dire ce que les gens pensent de vous ; mais peut-être sommes-nous tous unanimes de dire et de reconnaître, qu'il est possible dans un espace économique à potentiels, où l'on peut prouver que dix millions(10 000 000) de travailleurs camerounais ayant cent mille francs CFA(100 000frs CFA) de revenus mensuel,  réalisant ainsi un montant total de mille milliards de francs CFA (1000 000 000 000frs CFA) par mois, et qu'il soit possible de leur convaincre dans un pacte Républicain de souscrire à un placement financier(possibilité d’être action dans les entreprises parapubliques ou la gestion des domaines privées de l'État) à hauteur de dix mille (10 000frs CFA) par mois à codifier comme un impôt de solidarité pour la construction et le développement durable et inclusif du Cameroun.
Une opération, qui fait d'eux de vrais actionnaires du Cameroun avec plus de cent milliards de francs CFA (100 000 000 000frs CFA) de cotisations mensuelles pour le développement.

Notre pays après cinquante-sept (57) ans d’indépendance politique dispose des ressources nécessaires pour une vraie indépendance économique et financière, assurer à travers d’une politique des investissements publics et privés rentables et sûrs. Faute d’être sollicité par les médias publics et privés, nous avons trouvé une stratégie pour se faire remarquer par le public sans incident avec le soucis de la sécurité et de l'ordre public.

Notre tenue de campagne, constituée du vert, du rouge et du jaune est frappée d'une étoile de six(06) bras et non cinq(05) bras comme sur le rouge du drapeau actuel, ce qui correspond à l’immeuble Étoile, bureau du premier Ministre, Chef du gouvernement camerounais d'une part mais aussi aux sept(07) pays de la zone CEMAC…

4- Monsieur le pressaient, plusieurs maux minent le Cameroun, chômage, problème de gouvernance, répartition des fruits de la croissance…
Pourtant le Cameroun n’est pas un pays aussi pauvre. Quels sont les atouts du pays et comment peut-on améliorer le quotidien des camerounais ?

N'ayons pas peur des mots et des diagnostics, nous dirons que le Cameroun est un pays riche et non « aussi pauvre », nous venons ci-dessus à la question nr. 3 de faire une analyse financière des revenus de la moitié voire d'un tiers de la population camerounaise, et qui peut prendre en charge le financement de son développement durable et inclusif sans une aide extérieure.

Au-delà des atouts économiques nombreux, des forêts vierges, d’innombrables ressources minières non entamées, les ressources humaines soucieuses du renforcement de leur capacité et pour l’acquisition de nouvelles technologies et assurer une vraie autonomie économiques et financière à notre pays.

Notre pays dispose de nombreux atouts, parmi lesquels nous citeront : le cadastre foncier(les investissements publics et privés dans l’immobilier avec des recettes mensuelles de l'ordre des millions voire des milliards de francs CFA, permettant de garantir le financement du plan d’occupation de l'espace environnemental et géographique de chacune de nos localités respectives. Ceci est Un vrai plan Marshall pour un développement tout azimut du triangle national.

5-l’une des actualités majeures au Cameroun, c’est incontestablement la crise anglophone. Peut-on parler aujourd’hui de l’après crise Anglophone ? Autrement dit que faut-il faire pour apporter des solutions définitives à cette crise dite Anglophone ?

Crise anglophone est une expression médiatique, autrement dit il s'agit d'une revendication, que nous qualifierons de crise sociale, le mal-être des camerounais, qui n'est pas spécifique aux camerounais d’expression anglaise mais à tous les camerounais aussi bien d’expression anglaise que française. La crise sociale au Cameroun est en marche et ceci depuis février 2008, elle a connu des moments de tension majeure avec l’arrivée de Boko Haram, les mouvements de sécession au nord-ouest et sud-ouest, les assassinats et les crimes permanents sur nos forces de maintien de l'ordre et de la paix autant d’événements.

Nous sommes tous conscients de ce que les choses ne vont pas s'arranger avec des crimes isolés, puisque la réponse de l’État serait toujours sans équivoque, « l'on ne négocie pas avec les terroristes… ». L’État combattra toujours les ennemis de la République et ceci en tout temps et sans autre firme de procès…

Ce qu'il faut faire, nous l'avons suffisamment dit et écrit (http://qnefertiti.blogspot.com) , à savoir :
- Faire un audit des résolutions de la constitution de 1996 et leur amendements et le calendrier de leur application voire de leur effectivité possible;
- Créer six(06) nouvelles régions (Région du Littoral-ouest, chef-lieu Nkongsamba, Région de l’Extrême-Centre, chef-lieu Bafia, Région de l’Extrême-Est, chef-lieu Batouri,  Région de l’Extrême-Ouest, chef-lieu Foumban, Région de l'Ouest-Centre, chef-lieu Dschang, Région de l’Extrême-Nord-Ouest, chef-lieu Wum) ;
- Revoir le prix des cultures de rentes(Café, Cacao, etc.) à la hausse et garantir la transaction entre planteurs et acheteurs (courtisans);
- Accélérer les conditions des pré-requis pour la création d'une monnaie nationale voire sous-régionale, la proposition de changer le nom du franc CFA par le président français M. Macron est une bonne chose de mêmes que les résolutions issues du sommet UE-UA d’Abidjan qui plaide en faveur d’une monnaie africaine, qui met fin au francs CFA et renforce encore mieux le tissus des économies endogènes contre les produits exogènes, comme la France, le Cameroun et les pays africains ont besoin d'une monnaie nationale, qui puisse valorise leur travail et leur ressource naturelle ;
- Accorder sans plus attendre une retraite forfaitaire aux personnes âgées motivée par l’impôt parental, pourcentage à retenir sur l’impôt sur les revenus voire l’impôt sur la consommation, pour le pari social, la solidarité nationale – pension-retraite pour tous,
- Introduire la langue allemande comme troisième langue avec le français et l'anglais et promouvoir le multilinguisme et le multiculturalisme( la Commission du bilinguisme – multilinguisme – et du multiculturalisme), garante de notre unité nationale et de notre identité « Esprit  Camerounais » !

6- En dehors de la crise anglophone, ya t-il d’autres sujets de l’actualité ou faits majeurs qui ont intéressé votre parti politique ?
Bien évidemment, ll y’a la création de la faculté de médecine à l’Université d'État de Dschang dans la Menoua, ce qui fait suite à notre requête datée de 2009, par laquelle nous interpellions à cette époque, les pouvoirs publics en occurrence le Minsup et le gouvernement camerounais à l’application de la promesse du président de la République à faire en sorte que la faculté de médecine de l’université d’État de Dschang soit effective, une marche avait été organisée à son temps ; notre requête interpellative au Minfi et au Directeur des impôts pour la collecte abusive de la taxe foncière et pour qu’elle ne soit plus possible à travers les services d’un tiers (ENEO) mais directement sur les détenteurs de titres fonciers, la suppression par les président de la République, de cette mesure arbitraire dans ses recommandations sur la nouvelle loi de finance 2018 !

7-Monsieur le Président vous étiez déjà candidat à l’élection présidentielle du 12 octobre 1997, Serrez-vous à nouveau candidat à la présidentielle de 2018 ?

Comme je l'ai déjà déclaré, notre ambition est de présider à la destinée de notre peuple nation, mais pas à tout prix et à tous les prix, c'est pourquoi nous restons attentif et à l'écoute des autres potentiels candidats surtout au projet de société fédérateur de toutes les alternances démocratiques possibles et plausibles. Ma candidature doit être providentielle et portée par le par le peuple nation et le président sortant dans le meilleur des cas….
Il faut reconnaitre que la transition dans notre pays a déjà été pacifique et doit le rester…

8-Si vous êtes candidat, serriez vous prêt faire une alliance avec les autres formations politiques de l’opposition ?

Notre pays est à la croisée des chemins après cinquante-sept (57) ans d’indépendance et a plus que jamais besoin de tous ses enfants, de toutes ses ressources pour parachever le processus de son développement. La coalition doit être basée sur les principes constructives et progressistes, qui privilégient le bien-être des camerounais et leur environnement, c'est à ce prix que toute coalition doit être possible, toujours garder à l'esprit « l’esprit camerounais », notre unité et l’indivisibilité de notre territoire nationale, qui sont sacrés…

9- Êtes vous favorables à une candidature unique de l’opposition Monsieur le Président ?

‘C'est curieux que nous ayons à vous dire ce qui suit : tout d'abord, il n’y a qu'un seul fauteuil à pouvoir comme président de la République et plusieurs candidatures sont négatives et dangereuses pour l’opposition, seulement toute l'opposition n'est pas de l’opposition, puisque des accords secrets entre une certaine fraction de l’opposition qualifiée de majorité présidentielle  et le parti au pouvoir rendent impossibles cette exigence pour une victoire de l’opposition, le parti au pouvoir c'est qu'il faut diviser l’opposition pour gagner et pour mieux régner. La candidature unique de l’opposition est possible si le quatrième pouvoirs, les journalistes organisaient des débats de tête à tête entre les candidats déclarés pour permettre l’émergence d'un leader confirmé par l'opinion national et international après que l’électorat a pu se convaincre du projet dont il est porteur..  Il est question de favoriser le porteur d’un projet de société fédérateur et dans lequel la majorité des camerounais se reconnaissent et croient en sa faisabilité….


10-Si vous n’êtes pas choisi comme candidat unique de l’opposition quelles peuvent être vos consignes de votes ?

Il faut savoir aussi être un bon perdant, depuis le 12 Octobre 1997, j'ai appris que perdre une élection est possible et surtout qu'il faut savoir être un bon perdant et choisir le parti de la majorité pour faire valoir ses idéaux. S'il y’a des candidats avec des projets de société plus fédérateur, que le nôtre ce qui m'étonnerait fort bien et bien évidemment nous n'hésiterons point à accorder notre confiance et celle de tous ceux et de toutes celle qui nous font confiance à celui qui a été unanimement choisi et pour se faire, il faut un large débat sur la faisabilité dudit projet de société et pour s’en convaincre de ce que nous aurions fait le meilleur choix pour notre peuple….

11- Cet entretien tire vers la fin Monsieur le Président, si les camerounais placent en vous leur confiance demain quels seront vos chantiers prioritaires en tant que Président de la République ?

Peuple nation camerounais, il vous revient en toute souveraineté de choisir celui parmi tous ceux et toutes celles, qui ont fait leur déclaration de candidature. Et pour mieux comprendre notre démarche et en rappel, lors de notre première candidature en Octobre 1997 et de rencontre avec vous, vous m'avez fait la promesse de se rappeler de moi le moment venu, au moment ou le vieux lion tirera sa révérence, nous avons compris votre message et vingt-un(21) ans passées, nous vous revenons et vous rappelons que la promesse est une dette, depuis Octobre 1997, nous avons continué de faire politique autrement à travers une opposition constructive et aujourd’hui alors que notre projet de société c'est constamment arrimé aux réalités et exigences du temps moderne et aux contraintes démographiques et technologiques, notre candidature devient de plus en plus comme une solution incontournable à l’avènement d'une vraie alternance démocratique pour le Cameroun que nous qualifions ici comme étant  « le Nouveau du Renouveau ».

Les priorités pour un premier septennat seroles :
- l’extension de nos Régions de dix(10) à seize(16) Régions,
- la pension-retraite forfaitaire pour les personnes âgées, les indulgents, les handicapés, etc…
- la prise en charge totale des frais de la formation académique des étudiants dont les parents sont à faibles revenus,
- l'effectivité de la décentralisation et de l’application de la Constitution de 1996,
- la gratuité effective de l’école avec une subvention de l'État pour couvrir le manque à gagner des recettes contributions de l'APE,
- les pré-requis pour la création d'une monnaie camerounaise voire africaine,
- l’introduction de la langue allemande comme troisième langue officielle ainsi que la promotion de nos langues nationales pour un environnement linguistique multilingue et du multiculturalisme,
- la finition des différents plans d’occupation des espaces environnementaux et géographiques sur toute l’étendue du territoire national,
- le bouclage des garanties nécessaires pour la mise en place des financements tous azimuts pour la construction et le développement durable et inclusif de notre pays ;

12- Y a-t-il une question qu’on ne vous a pas posée au cours de cet entretien et à laquelle vous souhaitiez répondre ?

Il n'y'a pas qu'une seule question mais des questions, qui trouvent leur quintessence et réponse sur ce lien : http://qnefertiti.blogspot.com.

Toutefois, nous attirons votre attention sur la nécessité d'introduire la langue allemande comme troisième langue officielle au Cameroun. Cette démarche vise à sortir notre pays du cercle fermé du bilinguisme pour une vraie culture universelle basée sur le multilinguisme.
La Commission du bilinguisme et du multiculturalisme deviendra la Commission du Multilinguisme et du Multiculturalisme plus proche des réalités de notre cité camerounaise.

Aujourd’hui’hui l'on enseigne dans nos lycée bilingue, le français, l’anglais, l’espagnol, le russe, le chinois, etc. Nos lycée ne sont plus seulement bilingue mais multilingue.

Après plus de cinquante-sept (57) ans de vivre ensemble les dérives causées par la culture anglais et française (francanglais) sont de nature à dénaturaliser nos cultures et langues « anglophone & francophone » alors que nous devons être fière d’être des camerounais bassaphone, bétiphone, foufoulbéphone, bakwerephone, yembaphone, etc.


13- Votre mot de fin…

Chers compatriotes, mesdames, messieurs,

Cela fait vingt (20) ans (1997-2017) que je vous ai demandé de me faire confiance quant à la conduite des affaires de notre pays.

Vous m'avez en 1997 signifié votre reconnaissance en votant nombreux pour notre projet mais pas suffisamment pour nous permettre de gagner mais assez suffisamment pour nous permettre de poursuivre notre combat.

En 2004 & 2011, nous avons estimé que les promesses électorales du candidat sortant et en poste ne pouvaient pas se réaliser en sept(07) ans mais en un peu plus de sept(07) ans.

Alors en plus de vingt(20) ans, le président de la République et ses collaborateurs n'ont pas créer le dynamisme et le changement attendus, le changement à quoi aspire notre pays au vu des atouts et potentialités.

C'est pourquoi, nous vous revenons avec un projet de société, plus proche de vos aspirations et de vos attentes. Le projet de société que nous vous invitons à rejoindre, à défendre et à vous approprier et pour qu’ensemble nous réalisons l’alternance démocratique nécessaire et utile à notre pays « le Nouveau du Renouveau ».

Nous comptons sur le sens élevé de votre patriotisme, pour que votre choix soit un choix utile et nécessaire, le meilleur choix. Le choix de tous les camerounais, le choix du peuple !


Pour La Rédaction de yaoundeinfo.com. qui vous remercie pour votre disponibilité Monsieur le Président.

De la part du président national du Rdpf_kumzse,

Dr. Antoine de Padoue NDEMMANU, pour vous servir ! Amen !